Home

Va-t-il falloir arrêter de lire Dan Simmons ?

Dan Simmons, c’est l’auteur des Cantos d’Hypérion, une saga à couper le souffle, tant par sa dimension héroïque que par l’originalité du propos. Le genre d’œuvre que l’on conseille en trouvant que celui qui va la découvrir bientôt a bien de la chance… C’est aussi le créateur d’Illium et Olympos, magnifique, et de l’Échiquier du Mal quasiment génial. Entre science-fiction, horreur, suspens voire héroïque fantasy, l’écrivain Simmons y faisait preuve d’une belle maîtrise et d’une créativité admirable.

Des débuts de doute…

Et il y en a encore d’autres romans et nouvelles. Mais ça a commencé un peu à devenir moins intéressant avec Terreur basé sur une histoire vraie de naufrage dans les glaces avec un monstre allégorique un peu lourd dingue. Puis il y a eu Drood, une histoire d’horreur trop grasse et sans grâce qui louchait de façon moche du côté d’Edgar Allan Poe.

Une idée centrale intéressante qui pourrait tenir sur 200 pages

Et Flasback ? Dans un pavé de près de 800 pages en format poche, une seule bonne idée fait la coquette en se dévoilant dans un strip tease poussif, centimètre par centimètre, pour finir, même toute nue, par laisser le lecteur de marbre.

Un style sans saveur

Autant dans les ouvrages qui avaient suscité de l’intérêt, voire de l’enthousiasme, même si le style n’avait jamais été le front principal de son travail de narrateur, il y avait de belles trouvailles et une petite musique qui définissait son univers. Ici. Rien. Mais vraiment rien. Plus clair qu’une notice de montage de meubles. Mais presque moins palpitant.

Un pitch vite fait

Nous sommes propulsés dans un avenir proche (2035), ce n’est pas joli, joli, il y a une enquête embrouillée sur l’assassinat d’un fils d’un milliardaire japonais, des courses poursuites, un ancien flic cabossé et des populations désespérées sous l’emprise d’une drogue, le Flashback, qui permet de revivre des souvenirs parfaits. Pourquoi pas.

Marianne (le journal) a décrit cet ouvrage comme « un thriller apocalyptique haut de gamme ». Ah bon ? C’est surtout l’occasion pour Dan Simmons, en plus de tirer jusqu’au bout sur le fil ténu d’une histoire qui perd vite de sa tonicité, d’exposer sa vision néoconservatrice et ultra réactionnaire de la société.

Le festival des partis pris douteux

En vrac quelques idées développées : la politique sociale d’Obama est responsable de toutes les catastrophes, le dérèglement climatique est un mythe entretenu par des écologistes machiavéliques, l’Islam est une religion de tueurs psychopathes, les Européens et les Canadiens sont des faibles indignes qui laissent l’Islam prendre le pouvoir, les mexicains sont tous des parrains de la drogue, les russes sont des trafiquants sanguinaires et le libéralisme sauvage sauvera le genre humain.

Bien entendu, tous les avis sont valables, tout le monde pense ce qu’il veut… Mais après avoir été transporté par la poésie subtile, altruiste et baignée de lumière d’Hypérion, le choc thermique est violent. Une déception qui pourrait aboutir à une rupture définitive. Et un peu d’inquiétude quand même pour Dan Simmons. Et l’Univers. Mais ça c’est une autre affaire.

 

Flashback – Dan Simons – Pocket

Publicités

3 réflexions sur “Flashback

  1. houch.
    J’avais dejà pris un coup sur la tête en lisant le 2ème tome d’Ilium, qui se perdait gravement dans des méandres nuageux et soporifiques, mais à lire ta critique, on ressent l’angoisse qui reprend, identique à celle qui m’a pris à la lecture de Invisible de Paul Auster. Une déception tellement grande face à ce que ces auteurs nous ont fait ressentir des années durant.
    /Broken nose

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s