Home

La bonne nouvelle : nous avons survécu. La mauvaise : EUX AUSSI

Ce livre a eu un assez beau succès à sa sortie. Et une lecture, à froid, loin des enthousiasmes toujours polluants des louanges unanimes – c’est-à-dire quelques mois après l’engouement généralisé – confirme tout à fait que c’est un vrai bon bouquin écrit par la prometteuse Mira Grant.

Et pourtant, diront les esprits chagrins, c’est juste une histoire de zombie ! Oui justement, c’est une histoire de zombie ! Et ignorer à quel point, aujourd’hui, une histoire de zombie c’est important, c’est ignorer le phénomène culturel majeur qu’ils sont devenus. Il suffit de voir le succès en librairie du livre Guide de survie en territoire zombie ou de visiter les sites qui s’intéressent « sérieusement » au sujet comme ici pour le comprendre.

Et cet ouvrage revisite le sujet avec beaucoup de créativité. Avec des clins d’œil sympathiques comme la quasi sanctification de George Romero, LE cinéaste des zombies, dont les fictions ont donné les clefs pour survivre.

Avec une idée de départ intéressante : c’est une double découverte médicale qui a permis de guérir définitivement l’Humanité du rhume et du cancer qui l’a faite basculer dans l’horreur zombie.

Avec un postulat qui pourrait être visionnaire : la vraie information, la recherche sérieuse de la vérité ne serait plus entre les mains des médias « classiques » mais entre celles plus exotiques des bloggeurs.

De toute façon, on ne pose jamais les bonnes questions – Shaun Mason

Avec une nouvelle répartition amusante des tâches du travail journalistique: les irvins qui font des films à sensation en allant combattre les zombies, les bardes qui nourrissent leurs communautés de web séries et de poèmes et les rédacs acétiques prêtres de l’information brute et véridique.

On ne peut pas tuer la vérité – Georgia Mason

Tout ça incarné par une équipe de bloggeurs – les Mason, frère et sœur – qui va suivre la campagne d’un prétendant à la Maison Blanche car, malgré l’horreur, les institutions perdurent. Et avec les institutions perdurent aussi l’avidité, la corruption, la malveillance et les complots car le fléau des zombies n’a pas guéri les hommes de leurs pires travers.

Une fois encore les zombies sont un excellent prétexte narratif pour explorer les parties les plus sombres de notre humanité. Car n’oublions jamais : le zombie a toujours un message sociétal et moral à faire passer !

À suivre bientôt, la note sur le tome 2  – Dead Line

Feed – Mira Grant – Bragelonne – 2012

Publicités

4 réflexions sur “Zombie vs Bloggeur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s