Home

Dilemme du prisonnier et Last Supper

Basé sur le dilemme du prisonnier, le Betrayers Banquet allie avec humour décryptage du comportement humain et gastronomie. So british !

Mais qu’est-ce que le dilemme du prisonnier ?

C’est l’un de jeux économiques les plus connus sur le plan expérimental qui porte sur la notion de coopération. Il illustre le conflit entre les incitations sociales à coopérer et les incitations privées à ne pas le faire. Par exemple…

Deux criminels sont suspectés d’avoir commis un vol à main armée. Ils sont arrêtés et interrogés séparément. Manquant de preuves, les policiers cherchent à les faire avouer et proposent à chacun un arrangement : « Si tu avoues avoir participé au vol tout en dénonçant ton complice et si celui-ci nie, tu seras libéré sur le champ et ton complice sera condamné à 7 ans de prison. Si c’est ton complice qui avoue et que toi tu nies, c’est toi qui seras condamné à 7 ans de prison et ton complice qui sera libéré. Si vous avouez tous les deux, vous écoperez chacun de 5 ans de prison. Si vous niez tous les deux, vous serez tous les deux libérés. »

L’objectif de chacun est de minimiser le nombre d’années d’emprisonnement. La stratégie d’aveu (la stratégie rationnelle) est donc la stratégie dominante. En effet, quel que soit le choix de son complice, chaque prisonnier obtient toujours un résultat meilleur en avouant. Faites un petit tableau, vous verrez, ça saute aux yeux.

Le dilemme du prisonnier est la situation la plus fréquente dans les interactions sociales.

Il incarne l’idée fondamentale selon laquelle la confrontation des intérêts individuels ne débouche pas nécessairement sur l’optimum social. C’est pour cette raison que depuis 1950, date à laquelle il a été énoncé par Albert W. Tucker, le dilemme du prisonnier est au cœur de la théorie économique, mais également d’analyses en science politique, en sociologie ou encore en anthropologie.

Si vous n’avez pas le courage de tout lire, cette vidéo vous raconte à peu près la même chose et le monsieur est assez rigolo même s’il est très sérieux.

Dans cette vidéo, le narrateur y ajoute une notion supplémentaire très intéressante, celle du passager clandestin : celui qui ne paie pas sa redevance en espérant que les autres le feront (pour que le service télévisuel continue), celui qui ne vaccine pas son enfant, toujours en espérant que les autres le feront (pour maintenir la protection générale de la population)… Il est possible de multiplier à l’infini les exemples.

Le Betrayers Banquet s’appuie donc sur ce dilemme. Dans ce cas trahir ou coopérer permet d’avoir accès à une nourriture de meilleure qualité. De quoi couper l’appétit ou montrer à vos convives que vous avez les dents longues… À vous de choisir.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s