Home

Les Atrides made in France.

Les mortels arrogants qui veulent se hisser à hauteur des Dieux en paient toujours le prix fort. Dans la famille Herzog, dont le patriarche s’est hissé au sommet de l’Annapurna (ou pas… car controverse il y a, bien entendu, pour maintenir la tension nécessaire à tout mythe en devenir), le prix à payer aura donc été la santé mentale et, au final, la vie du fils Laurent. Le frère de Félicité.

Incontestable tragédie qui a morcelé l’existence de l’héritière, par sa mère, d’une lignée aristocratique qui a flirté, et continue à le faire, avec les hautes (décidément, ça grimpe) sphères du pouvoir en France. Un ouvrage à charge qui possède même son propre site internet où il est possible de découvrir les photos pouvant illustrer le livre.

Félicité a certainement eu besoin de cela pour faire son deuil/avancer dans sa thérapie/régler ses comptes/couper les ponts/affronter son père/combattre ses démons…bref, il faut espérer, passer à autre chose.

Du coup, c’est extrêmement délicat parce que face à cette démarche courageuse, la critique peut sembler déplacée et cruelle.

 

Pourtant, il faut être franc : ce livre est affreux.

 

Tout d’abord, il est mal construit. Une sorte de récit impressionniste flou et maladroit qui saute du coq à l’âne sans jamais prendre la peine de jeter un œil en arrière pour voir si tout le monde suit.

Ensuite, il est écrit dans un style ampoulé et guindé qui rend sa lecture pénible, voire écœurante par moment. Cette dame a des lettres et maîtrise un Français de classe, c’est incontestable. Mais illisible.

Au final, c’est assez désagréable, car le lecteur a l’impression d’être pris en otage. Car tout ce que Félicité leur raconte ne leur est pas du tout destiné… Ce n’est pas à eux qu’elle s’adresse mais aux membres inaccessibles de sa famille. Et pour les atteindre, il fallait passer par le pauvre lecteur qui fait la courte échelle en se faisant écraser la tête sans ménagement.

Aie.

 

 

 

 

 

Félicité Herzog, Un Héros, Édition Grasset, 2012

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s